02/05/2016

Formation discontinue pour les profs du cycle...

La formation continue...

Sur le papier, on l'adule. Dans les discours, on affirme la soutenir. N'est-elle pas la clé du succès professionnel dans un monde en perpétuelle évolution ?

Mais dès lors qu'il faut rogner, c'est elle qui en pâtit.

A Genève, il existe même une loi sur la formation continue des adultes qui affirme,arton3695-943be.jpg force soutiens à l'appui, encourager la pratique de la formation continue, qu'il s'agisse de perfectionnement professionnel ou, plus largement, d'améliorer sa culture générale ou même son équilibre personnel.

Dans l'enseignement, la formation continue est indispensable. Elle maintient le lien avec les facultés universitaires, permet aux enseignants de mettre à jour leurs compétences informatiques et médiatiques et donne d'innombrables outils permettant d'améliorer la relation avec les élèves et leurs parents. Loin d'être un oreiller de paresse, les cours sont avant tout fréquentés par des collègues avides de savoir, prêts à partager leurs expériences et à s'enrichir mutuellement.

Le niveau de la formation continue au cycle d'orientation est excellent. En sciences humaines, par exemple, nous avons eu l'occasion de suivre des séminaires donnés par des sommités telles que Philippe Rekacewicz, Nicolas Offenstadt, Patrick Geary, ou Pierre-René Bauquis, en plus des universitaires genevois qui viennent fréquemment échanger avec les enseignants.

Le DIP vient d'annoncer aux enseignants que, désormais la formation continue sera agendée hors temps d'enseignement. En échange de cela, le département garantit l'application partielle d'un accord qu'il avait signé précédemment.

On peut évidemment se demander quelle est la fiabilité d'un partenaire qui propose comme enjeu de négociation l'application d'un accord déjà accepté... Faut-il s'attendre demain qu'il soit remis sur la table en échange d'une autre concession, et ceci jusqu'à la fin des temps, sans qu'il ne soit jamais appliqué ?

On doit surtout se désoler de la fin programmée de la formation continue. Ce n'est pas que les enseignants refusent le principe de se former hors des cases horaires dévolues à leur enseignement. La plupart le font régulièrement lorsqu'ils participent à cours sur une demi-journée sans enseignement à leur horaire.

C'est simplement que, si l'on contraint les organisateurs et les formateurs à placer les séminaires quand aucun enseignement n'a lieu, le week-end et le soir, le catalogue s'en trouvera singulièrement appauvri.

Sans compter que, comme chacun de nous, les enseignants ont un horaire hebdomadaire qui bloque certains soirs ou certains week-ends pour des activités familiales ou récréatives. Une part importante d'entre eux travaille à temps partiel précisément pour pouvoir conjuguer le plaisir de l'enseignement à des activités bénévoles. Et ceux-là cesseront simplement de s'inscrire aux séminaires qui empiètent sur leurs autres activités...

Ce n'est pas une exigence incongrue que de demander que sa formation continue se déroule dans la journée, du lundi au vendredi. Pour preuve, celles proposées aux cadres de l'État par l'Office du Personnel se déroulent TOUTES pendant le temps de travail.

Cette décision est grave. Désastreuse sans doute... Si elle est confirmée, le niveau des séminaires baissera, la fréquentation chutera et, d'ici quelques semestres, il en sera fini de la formation continue des enseignants...

Julien Nicolet

11:18 Publié dans Formation contine | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Cher Monsieur, cela fait des années que le DIP se conduit de manière malhonnête, et manipule la population en tapant sur les profs pour faire adopter des réformes qui ne visent qu'à des mesures d'économies, sans aucun souci ni du bien-être des élèves, ni du bien-être des profs (pourtant des profs non-surmenés sont n atout pour les élèves...)
Donc, de déplacer la formation continue sur les périodes de travail à la maison, incompressibles, va simplement dissoudre tout le processus de formation continue à court ou à long terme; une fois de plus, des économies...

Écrit par : vieuxschnock | 06/05/2016

Les commentaires sont fermés.